1 semaine plus tôt
mardi 5 décembre
nous spank :

James Whitaker, Architect

Il était une fois James Whitaker, modeste nerd (perspectiviste), mais ambitieux architecte, et humble photographe internationalement reconnu.

Cet anglais, après avoir produit de belles images de synthèse au service des grands constructeurs chanceux de ce monde, après avoir « fait ses classes » et s’être fait bashé chez les grands noms de l’architecture d’intérieur au quatre coins de la planète pour des Yen de cacahuètes, et malgré s’être trouvé une échappatoire à ce monde cruel en devenant photographe et même en arrivant à en vivre (!), reçu l’opportunité de construire quelque chose pour la première fois :

« Hallo James, J’ai besoin d’un bureau pas cher, paumé dans un champs de pâtures.

– Ja, pas de problème, en ce moment c’est la mode des containers, je te plie un truc viteuf, tu vas kiffer.

– Attends James, t’es une vraie buse, Il y en a pour 1500€ de container et 1 million de main d’œuvre. En plus on va se les peler sec là dedans ! On va trouver quelqu’un d’autre, OK ?

– J’sais pas, je fais des photos et des vues 3D dans la vraie vie moi.

 

Quelques années plus tard.

 

« Hi Jamy, ici c’est Hollywood, on voudrait faire ta maison pour y tourner des films.

– Yes, ça fera 5 millions de dollars, please.

– Par contre on se demandait si tu pouvais pas simplifier un peu le bordel car c’est une vraie misère pour faire la poussière là dedans.

– Non non, c’est ça la radicalité, je veux que les raccords des containers fasses des grosses excroissances toutes chelou dans tout l’espace intérieur et c’est tout. Je veux juste des containers collés les uns sur les autres, point barre.

– Ok Jamy, c’est toi le boss. Il nous reste quand même à trouver une grosse victime pour réaliser tout ça. Il va falloir que tu nous aides à l’exécution, les traits de coupe sur ces grosses carlingues toutes nervurées, les soudures dans les moindres recoins, les accroches pour que tout ça tienne en place…

– No, ça c’est pas mon problème, mais par contre, tu t’assureras que le chanceux désigné ne soit jamais cité quand on parlera de moi =)

 

 

Chapeau l’artiste.

Le mardi 5 décembre 2017 dans Murs.
                
James Whitaker, Architect

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*