Explore this website

Nos 06:

Posts by Gabi

Hissez Haut!

Ola Moussaillon!
Le Capitaine Fesse vous ordonne de hisser les voiles!

Vu que je suis à Saint Malo pour un week-end étendu, la vue de tous ces navires corsaires me pousse à fredonner des airs de marins. L’appel du large comme on dit.
Commençons donc avec la plus connue de toutes, Santiano de Hugues Aufray, écrite en 1961 mais qui est basée sur de vieux chants de marins.

Vient ensuite « Mon P’tit Garçon » de Michel Tonnerre, qui nous invite au voyage, de Macao à la Barbade (et a l’alcoolisme aussi…)
Et dans tous les ports, l’alcool coule à flots, les filles sont dociles, et il s’agit de dépenser cet argent durement gagné! Jacques Brel nous chante les agapes des marins arrivant au Port d’Amsterdam:

Faut dire que les pauvres marins n’avaient pas la vie facile, comme en témoigne certains chants, comme « le Corsaire Le Grand Coureur » qui chante les mésaventures de l’équipage corsaire du « Grand Coureur »

D’autant que pour les pirates et les corsaires, la corde ou le fil de l’épée représentaient souvent la fin du parcours:
Mais malgré tout la mer attire, et dès que le vent soufflera, je repartiras…
Des bisous salés sur les fesses!

Le lundi 16 janvier 2017 dans Mode, musiquee, Sound, Zoreilles.
Spanked ?

Soupe Musicale

Salut à tous et joyeux noël!

Avec les fêtes vient la saison des films de fin d’année à la télé, où l’on se reprend une portion de « Maman, j’ai raté l’avion » et du « Père Noël est une ordure », mais aussi celle des compilations des meilleurs tubes de l’année. Alors oui je sais les goûts musicaux sont personnels, mais j’ai quand même eu l’envie de vous vriller un peu les tympans avec une compilation des pires daubes sorties cette année. Parce que Merde.

On va commencer avec Justin Timberlake qui fait fort avec « Can’t Stop the Feeling », ça dégouline d’autotune salement arrangé pour faire une B.O. de film pour enfants. Même dans le clip son regard semble dire « Désolé, c’est mon contrat qui veut ça ».

Quand je parle de soupe musicale, Desiigner (oui oui, y’a deux « i », c’est trop original) se pose là: si quelqu’un arrive a comprendre quoi que ce soit aux « paroles », je lui tire mon chapeau. Oui, « Timmy Turner » est une grosse daube.

Ensuite on va parler un peu de Bruno Mars. Lui je peux juste pas le sacquer, musicalement parlant. Chacun de ses titres me donne envie de mettre un coup de chevrotine dans le poste, tellement ses miaulements me sont insupportables. Alors pour la peine je vous inflige « 24K Magic », parce que voir un espèce d’ado attardé essayer de reprendre les clichés du gangsta rap bling-bling pourrait presque être drôle si y’avait pas le son.

Suite à ça on va parler de Shawn Mendes et ZAYN, parce que visiblement les deux ont le même problème, les zouzes. que ce soit dans « treat you better » ou dans « PILLOWTALK », leur vie sentimentale fait saigner les tympans.

Ça doit commencer à se sentir que j’ai hâte de finir cette compil’, non? Alors juste deux derniers pour la route parce qu’ils le méritent.
Chainsmokers – Closer, love-story de merde avec un couple énervant de mièvrerie, le tout dans une pub pour le dernier Range Rover option pseudo-tube de l’été, sans compter la fin avec un vieux gimmick lourd comme tout, si vous avez le courage d’aller au bout. Et enfin Imagine Dragons – Levitate, qui pompe du Coldplay à tout va, mais quand on copie, vaut mieux améliorer l’original, ça passe mieux.

Bon allez moi j’vais aller me balancer du Motörhead, un verre de rhum et fumer un pétard pour curer ce mal de crâne qui se pointe.
Des bisous sur vos gueules de bois!

Le lundi 26 décembre 2016 dans Mode.
Soupe Musicale

Kaleodoscope

Salut les fesses à oreilles!

Aujourd’hui Adelox m’a conseillé d’écouter quelques morceaux, et force est de constater qu’elle sait viser juste quand il s’agit de cerner mes goûts musicaux!

On va donc commencer par s’écouter Kaleo, un groupe islandais qui fait du bon gros rock à l’américaine, ambiance folk/blues qui fleure bon le Jack Daniels, les bagarres de bikers au fond du bar et le Mid-West américain. En écoutant leurs morceaux j’ai eu une impression de déjà-entendu, et en cherchant un peu, c’est pas très difficile de trouver pourquoi: on les retrouve dans les B.O. de séries telles que Orange is the new Black, Vinyl, Empire…

Pour continuer un peu dans la même veine mais avec des artistes différents, je vous ai fait une petite playlist qui contient des morceaux de The Jon Spencer Blues Explosion, R.L Burnside, The 22-20’s, Hillstomp
Et pour vous aider a faire cul-sec de ce verre de Bourbon qui squatte votre main, quelques grands classiques des parents de ce style musical, tels que Buddy Guy, Muddy Waters et John Lee Hooker.

Bon début de semaine à vous, c’était Gabi,

en live de son lit, à vous les studios!

Le lundi 5 décembre 2016 dans Mode.
Kaleodoscope
2 mois plus tôt
lundi 28 novembre
nous spank :

Wintergatan

Avez vous déja pensé de certaines personnes qu’elles sont des sortes d’OVNIs humains?

C’est un peu le cas par exemple avec les musiciens dont je vais parler aujourd’hui, des suédois du nom de Wintergatan.
Wintergatan (la rue de l’hiver ou Voie Lactée pour nos voisins nordiques) est un groupe de folktronica (c’est pas moi qui le dit c’est wikipédia!) mené par Martin Molin, sorte de McGyver fou, dont le passe-temps favori semble être de créer ses propres instruments de musique.
Le plus impressionnant d’entre eux, Marble Machine est une sorte d’orgue de barbarie, en plus fou, car d’un mouvement de manivelle, on met en branle des milliers de billes en acier qui, entraînées par des rouages complexes, viennent percuter un vibraphone, des cymbales, des cordes de guitare etc.

maxresdefault

On rajoute deux-trois leviers par-ci par-là  pour contrôler les percussions et la vitesse de lecture de la piste programmée (en LEGOs s’il vous plaît!) et l’on obtient un instrument qui semble issu d’un rêve de savant fou genre Michel Gondry dans la Science du rêve.
D’autres instruments tout aussi improbables sont présents dans les autres clips du groupe, tels que le Modulin, mi-violon, mi-synthé, ou la Music Box, dont le fonctionnement est beaucoup plus proche des boites à musique de notre enfance.11311433_829137330534852_1312834419_n

Le résultat de tout ça?

Une musique douce et incitatrice à la rêverie, quelque chose dont on a bien besoin pour se sortir de son lit un lundi matin…

CADEAU BONUX: le making-of de la marble machine!

Le lundi 28 novembre 2016 dans Mode.
        
Wintergatan
3 mois plus tôt
lundi 14 novembre
nous spank :

Que du Bonheur!

WohPutainDemainJarreteDeBoire…

Hé oui, la gueule de bois est sèche ces jours-ci avec la victoire d’un bouffon orangé aux « Stazunisdamerik » et chez nous des news pas forcément plus radieuses, telles que l’inflation des cours du pain au chocolat, qui sont passés de 10/15 centimes à 1€10 chez mon boulanger.

La Loose. Et je parle même pas de la disparition de Leonard Cohen… La Sinistrose nous guette!

Dans ce genre de situations, une seule solution: tu mets du bon son, tu prends tes deux mains, tu les mets en l’air en exhibant tes majeurs bien haut, tu tournes sur toi-même et tu fais la danse du « rien-a-foutre » !

Et pour accompagner cette danse, on va commencer par du disco-classique:
Walter Murphy, qui en 1977 nous sort une version disco de la Cinquième Symphonie de Beethoven, une sorte de one-hit-wonder qui a le don de te faire bouger ton boule direct.

On enchaîne ensuite sur deux titres de Hilltop Hoods, The Hard Road suivi de Nosebleed Section, qui sample un tube des années 70 de Melanie Safka pour créer un beat joyeux et entraînant.

Le morceau suivant je pense en avoir déjà parlé ici il y a looooongtemps, c’est Hipology de Roger Molls, un beatmaker frenchy de Roubaix dont le talent mérite l’attention!

Vient après Wax Tailor et ASMPositively Inclined, si t’as pas envie de te trémousser dessus j’pense que tu peux verifier s’il te reste un pouls…

Reste qu’il faut quand même aller bosser (on est lundi, vous bossez, moi pas :D) et donc pour se relaxer un p’tit coup avant d’y aller, on plonge dans les piscines d’émeraude avec BØRNS10,000 Emerald Pools

Et pour finir, si t’es toujours pas détendu(e) et que ton boss te prends la tête, fais lui des BISOUS, à la Philippe Katerine.

Voilà, on est pas un peu mieux là?
Kixx

—————————

Et voici la playlist pour les vrais lazy du click.

Le lundi 14 novembre 2016 dans Mode.
          
Que du Bonheur!

Recycle ton Beat

Hier,
Dimanche matin.
Mollesse, paresse, doigts de pieds en éventail et slip sur les fesses. Jessica met de la musique pour glandouiller pépouze.
On commence avec « Jezahel« , de Shirley Bassey, et là mon cerveau encore brumeux fait tilt! C’est la base de « Harder Than You Think » de Public Enemy!
Et dans l’autre sens, elle a reconnu « for what it’s worth » de Buffalo Springfield dans « He got Game »

Mais c’est pas tout, car juste après Shirley Bassey, la playlist de Jess’ contient « I Got The… » de Labi Siffre. Si le début a été repris par Silmarils dans « Pour ça« , vous reconnaîtrez assez facilement au milieu du morceau la base de « My Name Is » de Eminem

On a continué la matinée comme ça et on a trouvé quelques autres exemples dans sa playlist tels M.I.A. qui sample « Straight to Hell » des Clash dans « Paper Planes » ou 2Pac qui reprend Joe Cocker (woman to woman) dans « California Love« …
La liste est interminable, mais heureusement chez Rolling Stones Magazine ils aiment bien faire des gros top 500 de tout un tas de truc, y compris une liste des titres les plus samplés. Et ça c’est pratique quand tu sais que t’as déjà entendu cet air quelque part…
Kiss et bonne semaine!

Le lundi 31 octobre 2016 dans Mode.
            
Recycle ton Beat

Bang Bang Rocktober


Salut à tous!

Pour commencer cette semaine on va aborder les nouveautés de ce mois-ci qui m’ont attiré l’oreille. On va se dégourdir les tympans avec du rock pour se mettre dans une bonne ambiance.

L’album « Walls« , des Kings of Leon m’a laissé mitigé. La chanson éponyme de cet album est disons-le d’une chiantise crasse, je vous l’ai mise pour vous laisser juger. Ca s’améliore avec « Around the world » qui est déjà bien plus vivant, même si ça laisse un arrière-goût de tube de l’été en retard. j’vais pas vous en infliger plus, on est seulement lundi.

La météo s’améliore avec Green Day qui sort un album intitulé « Revolution Radio » qui, s’il ne révolutionne pas le style de Green Day, est plaisant à écouter. Ambiance Punk-Rock d’ado, joyeux et exubérant, ça joue vite, et ça me ramène au lycée, grosse madeleine proustienne. Les gars ont pas changé de style, et tant mieux!

Feeder revient aussi dans les bacs avec « All Bright Electric« , et là pour le coup je m’attendait pas à une grosse surprise, ce que je connaissait d’eux était plutôt de l’ordre du pop-rock indie, et bim, quelqu’un leur a fait sortir des riffs plus énervés et en vrai ça rend bien.

Je vais finir avec un groupe qui fait toujours du bien quand on a besoin d’un café double expresso du lundi matin: NO FX, qui avec « First Ditch Effort » signe un album qui fait honneur au punk rock californien. Plus de 30 ans de carrière et toujours la même verve anti-majors, anti-système. Ambiance Bière de pochetron et épingles à nourrices, cheveux vert-bleu et pogo, Qui dit mieux?

Amusez-vous bien, faites sauter vos fessiers!

Spanked ?
4 mois plus tôt
lundi 3 octobre
nous spank :

Eté Indien

Salut les fesses douces!

Après de longs mois d’absence, Morning Spank sort de sa torpeur estivale et fait opération « fesses neuves » à l’occasion de cette rentrée!

Les équipes ont changé, avec des départs, mais aussi de nouveaux arrivants, avec toujours un seul objectif principal: Sortir de la fessée de qualité.

Je lance le bal en vous parlant de « l’été indien » cette période de l’année qui nous amène de beaux jours chauds et ensoleillés en octobre, voir novembre. S’il s’agit bien d’un phénomène avéré, lié à l’instabilité des échanges de chaleur à haute altitude en cette saison, c’est surtout pour nous l’occasion de faire péter le short, les claquettes et le chapeau de paille une dernière fois avant de ranger tout ça car l’hiver arrive.
Du coup au niveau de la playlist a écouter sur la serviette que tu as étendue sur le gazon du jardin public, on va sortir quelques petits classiques tels que « Soak Up the Sun » de Sheryl Crow, un classique un tantinet gnan-gnan mais qui sent bon la crème solaire et les doigts de pieds en éventail.

Apres Sheryl, on va voyager un peu, traverser l’Atlantique, direction le Cap-Vert, car je souhaiterais vous parler d’un gars qui m’a mis une bonne fessée musicale cet été: Tito Paris. Ca bouge au bon rythme, c’est doux et chaleureux, sur scène on sent le plaisir qu’il partage avec le public, bref j’ai aimé.
Difficile toutefois de passer au Cap-Vert sans rendre hommage à Césaria Evora, qui nous a laissé des chansons telles que « Petit Pays » et « Sodade », le genre de choses qui me donnent envie de poser les fesses dans un hamac pour profiter de la douceur de cet été indien.

On continue un peu plus vers l’Est, direction le Mali, où la douce voix de Salif Keita se mêle à celle de Césaria, dans une chanson intitulée « Yamore ». Et pour ne pas se priver des bonnes choses, j’ai rajouté à la suite quelques-un de ses morceaux les plus connus.

Mais là où j’aimerais finir ce voyage, c’est dans l’océan Indien, sur l’une des plus grandes îles au monde: Madagascar.
Difficile de faire un résumé de la diversité musicale malgache, j’ai donc sélectionné des chansons de 3 artistes différents:
Jaojoby – « Velono » et « Prezida »
Mily Clement – « Mandrora mantsilagny »
Fenoamby – « Alako »

De la douceur pour commencer l’année, quoi de mieux?

Bisous, mes petites fesses!

Le lundi 3 octobre 2016 dans Mode.
                
Eté Indien
10 mois plus tôt
samedi 16 avril
nous spank :

Cassini, de Pères en Fils

Salut les fessiers rosissants!
Bien la grasse mat’?

Aujourd’hui tonton Gabi va vous emmener dans le passé pour parler d’une famille et de ses cartes.

On commence au XVIIème siècle, sous Louis XIV et Colbert (non, pas l’humoriste). Les deux sont très occupés à mettre sur la tronche à tous nos voisins et quand on fait la guéguerre, c’est quand même pratique si les troupes ne se perdent pas en chemin.

Le problème c’est qu’à l’époque on avait pas encore de Jépéhesse qui te localise au quart de poil de fesse près, non, on mesurait plutôt les distances en journées de canasson entre deux bleds. Pas franchement précis comme méthode, mais ça tombe bien, avec la création de l’Académie des Sciences on développe une nouvelle technique de cartographie, la triangulation. On va enfin pouvoir faire des cartes précises!

Enfin pour ça il faut déjà des repères valables puis parcourir la France de long en large et en travers avec le matos de géographe puis compiler le tout en cartes. Il faudra quelques années, environ 100 ans pour les relevés et plus de 20 à 30 ans pour finir les publications.

C’est là qu’entre en scène la famille Cassini qui au fil de 5 générations va d’abord poser les repères (La méridienne de Paris, la ligne Brest-Strasbourg etc.) puis tracer une carte de France d’une précision jusqu’alors jamais vue. Le résultat c’est les cartes de(s) Cassini, à la limite entre oeuvre d’art et carte d’état-major qui permettent de se faire une image de la France du XVIIIème siècle.

Désormais numérisées et accessibles à tous, ces cartes regorgent de détails amusants, tels que Paris avec une 3ème île après l’île Saint Louis (l’île Louviers) et dont les limites se situent grosso-modo aux Grands-Boulevards actuels.

carte_cassini_paris

 

On retrouve aussi Marseille, sa Canebière et son vieux port, mais le Prado, Saint Charles et Notre Dame de Bon Secours ne sont pas encore dans la ville!

 

marseille_cassini

 

Et ces cartes sont encore utilisées aujourd’hui, par exemple pour avoir une idée de l’évolution des forêts ou des zones humides, des transformations subies par certains lieux, de l’évolution des noms de ces lieux etc. Bref, une sorte d’image de la France de l’époque.

Si vous voulez explorer ça plus en détails, allez voir sur le site de l’EHESS, par ICI qui a l’avantage d’offrir une navigation simple et efficace mais dont la qualité de scan n’est pas aussi bonne que sur le site de Cartocassini.org, même si ce site a l’air de sortir tout droit de 1998.

Allez, Bisous sur le popotin et bon weekend!

Le samedi 16 avril 2016 dans Mode.
      
Cassini, de Pères en Fils
10 mois plus tôt
samedi 2 avril
nous spank :

Le son de la Street

Ah le samedi matin, ce jour où, en général, tu ne rêves que d’une chose: Glander au plumard…

Ça pourrait être mon cas, mais non j’vais aller bosser dans une deuche au son si typique. J’sors de mon appart et je suis accueilli tout d’abord par les chants des 2 couples de merles qui font leur nid dans la cours de l’immeuble, puis une fois dehors j’entends surtout une mère poussant une poussette (vive les Batignolles), un scooter passe. J’arrive à la Fourche et là changement  de décor sonore, y’a un chantier avec un tractopelle, 3 vendeurs à la sauvette, ça klaxonne dès que le feu passe au vert, bref le merle moqueur peut aller se rhabiller, personne ne l’entendra ici.

En une centaine de mètres je suis passé par plusieurs ambiances sonores finalement très différentes, ce qui pourrait être transformé en une sorte de carte des sonorités de la ville. C’est justement ce qu’ont fait les chercheurs-geeks de GoodCityLife.
En se basant sur des bases de données de photos géotaguées, ils ont établi une carte des types de sons, des atmosphères de chaque rues. Ils rajoutent à cela les émotions liées à ces ambiances, ce qui crée au final une carte de notre perception de l’ambiance de chaque rue: chaotique, monotone, calme.
Ce travail déjà très impressionnant ne manque plus qu’une chose pour être parfait, la possibilité de cliquer sur une rue et d’y entendre ce qu’il s’y passe (mais bon, là c’est un cran au-dessus niveau complexité/coûts), mais en attendant vous pouvez visiter les cartes sonores de Londres, Madrid, New-York, Barcelone, Boston, Chicago etc.

allez donc voir tout ça sur ChattyMaps.

Kiss&Love
NYC-High-Line-Chatty-Maps

Le samedi 2 avril 2016 dans Mode.
          
Le son de la Street